Tuesday, October 1, 2013


I remember not so long ago when we were traveling across the States and I was reading some of my favorite bloggers sharing their excitement about creating a home for their family; Erin who was converting a church into a beautiful house, Nici who was working at renovating a great house in Missoula and Soulemama who makes her house more homey by the day... And there were the farmers and gardeners who kept reminding me about our past life on the farm; Taisa and her northern life that reminds me so much of our time in the Yukon, and Rachel, who has lived and gardened on her property for over 18 years and who is such a treat to read... As much as their stories spoke to me, I felt so disconnected from their reality. It was something I did not long for and thought I would not long for for a good while...

Now that we are back in our little house in Quebec, I catch myself dreaming of a home that feels like home, a kitchen (or a bathroom) where we can be 2 without going crazy, missing our farm house, missing the presence of animals in my life (it's probably not helping that I am reading The Dirty Life)... The girls keep cramming everything they own on their bed in their tiny shared bedroom, because it's the only place that is theirs... Nowhere to find silence and quiet if one wants it... The colder it gets, the smaller our little chalet house feels. I know we are blessed to have a roof over our heads and I am truly grateful for that, but when you live 5 in a house 7 days a week, 24 hours a day, space is not a luxury... unless you really want to get on each others nerves... (oh the violin practices!!...).

I hear you say that we lived in a trailer for a year... but it's so different when you are camping and living outside most of the day... I didn't mind our small house in Costa Rica because we didn't live in it. We pretty much only slept in it! We ate our 3 meals outside and spent our days outside... It's so very different than in the North... and very different with growing girls that need more space in general (and from each other in particular...).

:: A banner Nini and I made for a friend's surprise party ::

:: Celebrating! ::
:: A drawing Aisha made on wool transformation ::
:: There is a great story of a daughter of the Chinese Realm who was having tea under a mulberry bush when a worm-cocoon fell into her hot tea and she unspun the fiber and realized how long it was, and thus was born the silk industry ::

:: Still talking about the pioneers and learning more English words by the same token (no, my girls are not bilingual yet!) ::
:: The root cellar ::
:: Discovering linen and learning some embroidery stitches at the same time ::

There are bumper stickers for Westfalia owners that say: Home is where you park it. And this is what you realize when you travel: you can be home anywhere. Why is it harder to feel home in one place than in many temporary places then?... Or is it only a traveler's problem? How is it that I long for a place to call home while at the same time dreaming of being totally free and travel to my heart's content?

I am pretty much always clear about where I want to be, where I am heading and what my vision is for my family and myself. But right now, everything is muddled. It’s an unusual feeling for me. Sitting through this haze requires lots of faith and patience… I feel very vulnerable, unsettled.

The freedom our lifestyle provides us is sometimes dizzying. We are truly blessed, I know. And I want to keep that freedom and this is why I wanted to sell our house and go. But are we truly free if we don't have a home base, move around endlessly until we drop from too much of it? What would make me truly feel free? And in the end, is freedom the ultimate goal? Or wouldn't it rather be contentment?

What do you think? What does make you feel free?


Anonymous said...

Allo Catherine... Ici Manon du Yukon! Ça fait trop longtemps qu'on a jasé... et là je tombe par hasard sur ton blog. J'ai perdu l'habitude de te lire depuis que tu ne poste plus sur facebook... Et je viens de lire presqu'un mois entier de ta vie... tu chemines, tu chemines ma belle. Et tes réflections écrites m'aident à porter réflection moi-même... Je pense que le vrai bonheur c'est d'être bien avec ce qu'on a... mais c'est vraiment la nature humaine de chercher autre chose que ce qu'on a. Je veux voyager quand j'ai une ferme; je veux avoir une communauté et des connections quand je voyage et bouge; je veux la paix et reconnecter avec ma famille quand la vie folle communautaire du Yukon en été nous étouffe; je voudrais lire des livres intello et avoir des discussions d'adulte quand je suis maman avec un bébé au sein et un petit qui veux jouer au pirate; je voudrais des bébés dans mes bras quand je reconduit mon ado au secondaire que je que n'ai plus le droit de lui faire une colle en publique; je voudrais être aussi vite que les Cougars, quand je suis plus vite que je n'ai jamais été.... et mon Dieu que je pourrais continué et continué... je voudrais, je voudrais, je voudrais... comme dirait les bouddhiste, ce langage vient de notre égo et c'est lui qui nous rend malheureux, ou plutôt nous empêche de voir le bonheur qui est juste là dans ce qu'on a déjà. Mais ça c'est beau sur papier, c'est une toute autre chose à le mettre en pratique. Pour moi, je pense que le bonheur, sera de trouver un équilibre dans tous ces "désires" et surtout d'avoir des connections humaines, l'opportunité d'être vulnérable avec une amie de cœur, de rire avec une autre, de résoudre un problème avec mes collègue de travail, d'écouter mes enfants, de me coller le soir avec mon chum... de savourer le soleil qui se lève sur Grey Mountain déjà tout blanc et me dire que je suis dont chanceuse... Je t'aime fort mon amie... Je pense à toi x0x0x0

p.s. je te trouve très courageuse d'ailleurs de cheminer comme tu fais et de te pousser parfois hors de ta zone de confort, parce que c'est souvent dans l'instabilité qu'on apprend et grandi. Je pense aussi que plus les enfants grandissent ça devient plus difficile... nos choix son plus pesant parce que ça affectent plus de gens.

Catherine said...

Ma belle amie, quel plaisir de te lire... Oui, c'est la nature humaine de chercher plus, de chercher mieux... de chercher la perfection et l'idéal. Pour l'instant, je me concentre à trouver le meilleur compromis pour nous tous... mais comme tu dis, c'est pas simple quand les enfants grandissent. On se retrouve avec des doutes et des questions sans réponse... Faut constamment réévaluer... Je m'ennuie de toixxx

Francesca said...

This reminds me of the fable by Leo Leonni of the snail who had a huge and elaborate shell, and couldn't go anywhere and got crushed by it, while the snail with the little, nondescript shell got to see and do things.
I don't think you'd be content with a life that ties you down, and doesn't allow you the flexibility to travel some - and farms and gardens are wonderful, but chain you to the land.
The size of a house matters, but it is possible to live well in small houses, as we do in Europe (that's why Ikea which specializes in small spaces is european, while, say, Homedepot is american). Oh, don't get me wrong, I'd love a bigger house too, and our crammed two bedroom top floor, where our three kids share a small room, and we have one bathroom, does feel very small every single day. But then in Europe, we can't compare our situation with what's available in North America, where people and the economy are more affluent, life is cheaper, spaces are (by and large) bigger. It amuses me when I read people claiming to live "simply", and then see pics of their huge houses filled with stuff. But simple and small are all a matter of perspective - and if your goal is to do more traveling in the future, make a home for your family that is homey but not cumbersome - and light as a shell :)

Catherine said...

Francesca, I actually often think about you and your small house in Italy (I wish I could take some small space organisation lessons from you!). I remember our tiny house in Italy and how cozy it felt... You are right, I do not want to feel tie down anymore, as much as I love farming and gardening. We can however go and spend some time on farms in our travels...

You are right: living simply in 3000 square feet is a joke!! When you live in a small space you have no choice but to own little stuff and get rid of everything extra.

By the way, I love Leo Leonni (we just got a book of all his stories from the library two weeks ago) and that story is such a great analogy!

Love, Catxx

Joanna said...

J'ADOOORRRE les deux commentaires précédents de Manon et francesca. en particulier cette phrase:
"Pour moi, je pense que le bonheur, sera de trouver un équilibre dans tous ces "désires" et surtout d'avoir des connections humaines, l'opportunité d'être vulnérable avec une amie de cœur, de rire avec une autre, de résoudre un problème avec mes collègue de travail, d'écouter mes enfants, de me coller le soir avec mon chum..."

Oui pour moi le bonheur c est les petites choses du quotidien et être heureux avec ce qu'on a pas se torturer avec ce qu on a pas.
la vie est saisons, et je me dis parfois qu il y aura un temps où je pourrai à nouveau voyager comme qd j'avais 18 ans. qd mes enfants seront partis de leur côté vivre leur vie. bien sûr on veut faire un voyage avec eux. peut être meme un tour du monde qui sait. et on fera un grand voyage ts les 3 à 5 ans mais le reste du tps, ca nous fait du bien à tous d'avoir un chez soi. une maison, des amis qu on voit au quotidien. je suis très air et feux et j'apprends à apprivoiser le côté terre. ME GROUNDER!
mon chum et mes enfants m'aident bcp avec ca car Pascal est tellement terre.

mon avis est que ca peut rendre tre`s malheureux de tt le tps penser, penser, penser et se casser la tête. il me semble que la vie peut être simple.
et le voyage n'est pas nécessairement tout rose bonbon... je me souviens d en avoir parlé un peu avec jf qui me disaient que parfois les filles se pognaient solide ds ce petit espace, et je me souviens de tes billets au costa rica où tu t ennuyais d une "communauté" et d'amis et famille proche...

tu peux le voir comme des saisons. prendre un peu de tps, qqs mois ou qqs années plus groundée au qc et puis éventuellement changer et revoyager?

comme dit ma mère "tu vas trouver TES solutions", celles qui fit pr votre famille. ce sera un heureux compromis des besoins de chacun(e).

j ai bien hâte de te voir ma belle!
à mercredi!

Fleur de Paix said...

T'es revenu chez toi
Et tu veux déjà repartir
Pour trouver l'aventure
Qui n'arrête pas de finir
La musique est là pour ça.
Y a toujours une mélodie
Pour des jours meilleurs.
Allez, tape dans tes mains,
Ça porte bonheur.
C'est magique un refrain
Qu'on reprend tous en choeur:

Ça fait rire les oiseaux
Ça fait danser les abeilles
Ça chasse les nuages
Et fait briller le soleil!

Oh oh oh..."

Hi hi, j'aime tellement cette chanson de La Compagnie Créole! En la chantant hier, j'ai pensé à toi!

Tout ce que j'ai à offrir, c'est une chanson joyeuse, à écouter ensemble en dansant!!

Ça rajoute des couleurs
Aux couleurs de l'arc-en-ciel
Oh oh oh, rire les oiseaux!"


Catherine said...

Ahh! J'écoutais ça quand j'avais l'âge de mes filles, en Westfalia, avec mon père! De beaux souvenirs et de belles paroles si vraies! Merci!