Thursday, April 14, 2011

L'école libre/Free school

Depuis quelque temps, les fées roulent les yeux au ciel quand j'approche le tableau... ou elles font la grimace quand il est question de faire une leçon. Ce n'est pas trop mon idée de l'apprentissage en famille... Je ne crois pas en l'apprentissage forcé, mais plutôt au désir inné d'apprendre quand cet apprentissage ne nous est pas imposé.

For a couple of months, the girls roll their eyes when I drag the blackboard near the table... or they make faces when I mention doing a lesson. This is not my idea of family learning... I don't believe in forced learning, but in the innate desire to learn when this learning is not imposed.

Je crois profondément en la pédagogie Waldorf, mais sa rigidité commence à nous étouffer. Ce rythme, ce cadre convenaient parfaitement pour la petite enfance, mais nous ressentons un besoin de liberté plus grand, tout en continuant à s'inspirer de ce curriculum.

I firmly believe in the Waldorf philosophy, but its rigidity is starting to make us feel uncomfortable. This rhythm, this form was perfect for early childhood, but we feel a need for more freedom, while still taking our inspiration from the curriculum.




:: Mara et Mathilde ont créé un petit potager pour le petit garçon des gens qui ont acheté notre maison. ::
:: Mara and Mathilde have created a small garden for the new owner's little boy. ::


:: Préparation de bacs de neige pour la tire de Marie ::
:: Getting the snow ready for Marie's maple taffy ::


:: Quel délice! :: :: So good! ::


:: Savon menthe-chocolat : à croquer! ::

:: Mint-chocolate soap: looks so yummy! ::


C'est pourquoi j'ai proposé aux fées de fonctionner comme dans les écoles libres (visionner cet extrait et les autres Webémissions pour en savoir plus), avec une liste de projets qui nous intéressent pour la/les semaine(s) à venir.

This is why I suggested to the girls that we do like they do in the free schools, with a list of projects that we feel we want to do in the next couple of weeks.



Et après être allées ramasser des vers de terre sous la pluie pour donner aux poules, avoir planté les semis avec moi et sauter sur le trampoline avec papa, vous savez quel projet elles ont spontanément choisi : la leçon sur les voyelles!! Pas de soupirs, pas de ronchonnement, juste du plaisir, de l'enthousiasme et le sentiment du bonheur d'apprendre en toute liberté!

And after going to find earthworm to feed the chicken under the rain, having planted the seedlings with me and jumped on the trampoline with papa, guess which project they spontaneously picked: the lesson on vowells!! No sighing, no grumbling, just pure fun, enthousiasm and the feeling of learning in real freedom!


:: Éric le chevalier et la princesse Anna ::





14 comments:

Fawn said...

Fantastique, Cat! Et c'est tellement plus façile d'apprendre quand on est interessé! You have such wonderful instincts.

Francesca said...

You handled it very well.

Isabelle said...

Bonjour, je suis ton blog depuis quelques mois, c'est une aventure intéressante. Personnelement, je n'ai jamais souhaité enseigner à mes filles à la maison: je n'ai pas le tempérament pour ca! Mes filles à moi sont allées et vont encore dans une école Waldorf. Ton histoire m'intéresse d'autant plus...7 ans c'est l'âge auquel on entre en première classe dans le système Waldorf. Tes filles ainées ont cet âge et ont déjà eu des lecons largement du niveau de première ou deuxième classe, pourquoi ce choix? Tout ce qui arrive trop tôt, tout ce qui favorise un développement intellectuel trop précoce dans la biographie peut être cause de bien des perturbations qu'on ne verra que bien plus tard. Et à lire ton message je m'interroge aussi: est ce que c'est la pédagogie Waldorf, que tu décrit comme rigide et contraignante, ou bien est ce que c'est le principe même d'éducation à la maison qui sont en cause et qui provoquent des difficultés? Il me semble très important de faire la part des choses de facon rigoureuse dans ce cas précis, c'est pour cela que je me permets cette réflexion. Je n'ai pas de réponse, seulement un questionnement... Je vous souhaite à toutes une bonne journée

isabelle said...

Catherine,
bravo d'avoir trouvé de nouvelles solutions pour ta famille.
Je te rejoins à 100%....

Bises

Catherine said...

Tu sais, Isabelle, le choix de faire l'école à la maison est tellement personnel...
Je crois juste qu'il faut voir si ça nous convient et si ça convient à tes enfants.
Si pour toi, la socialisation est la priorité, et bien l'école convient bien. Je crois simplement qu'on met un accent beaucoup trop prononcé sur cette dite socialisation en milieu scolaire. Est-ce que de se retrouver à 25 enfants du même âge est vraiment ça la socialisation? La vie en société n'est-elle pas plutôt bigarrée, mélangée, des gens de tous âges et de tous groupes. À mon sens, la vie en famille, partagée avec d'autres familles qui font l'école maison une à deux fois par semaine, des grands-parents peut-être est beaucoup plus saine comme socialisation.

Et dans quel contexte apprend-t-on le mieux? On le sait, moins on vit de stress, de pression, plus on est à l'aise et ouvert à l'apprentissage. Et quand cet apprentissage est motivé de l'intérieur, c'est déjà drôlement différent que quand il nous est imposé par une dite autorité.

Ma critique du milieu Waldorf vient en partie de là. La supériorité du maître tout puissant qui sait ce qui est bon pour l'enfant parce que M. Steiner a dit en 1920 que c'est ce que nous devions faire. Si Steiner était ici aujourd'hui, je crois qu'il serait désolé de voir de quelle façon sa belle pédagogie est appliquée aujourd'hui et maladaptée à notre réalité moderne. La relation avec l'enfant a beaucoup changé en 100 ans, mais je crois que le contexte scolaire n'a pas suivi.

Bref, je vois mon rôle comme celui de facilitatrice, comme celle qui amène des éléments tirés de la pédagogie Waldorf sans les imposer parce que je crois mordicus à cette pédagogie (et oui, j'y crois), mais je veux que mes filles apprennent à écouter leurs petites voix intérieures, je veux qu'elles conservent à vie ce désir d'apprendre. Et je crois que la seule façon d'y arriver est d'être vraiment libres dans nos apprentissages. À partir du moment où ces apprentissages nous sont imposés, la flamme commence à s'éteindre...

Je crois que si nous voulons être dans le respect profond de l'enfant, on ne peut pas lui imposer nos croyances au détriment des siennes. Pourquoi leur envie de jouer dehors au lieu de faire l'école serait moins valable que la mienne?
De leur donner une carotte pour apprendre/aller à l'école (allez, nous ferons un gâteau ce soir, allez, c'est bientôt le week-end), me semble encore plus donner à l'apprentissage cette connotation inintéressante. Une fois ce devoir accompli, nous pouvons vivre et être libres...

Catherine said...

Et aussi, non ce ne sont pas les apprentissages qui sont en cause, mais la façon dont ceux-ci sont présentés ou imposés. J'ai présenté du matériel de la première année qui est très au niveau de mes filles. Elles comprennent très bien, mais n'ont simplement pas envie que je leur impose mon désir de leur présenter de la matière quand elles n'en ressentent pas le besoin, le désir.

vic said...

Je suis de ton avis, il est si difficile de trouver la bonne recette, on pioche, on cherche, on fouine, mais en fin de compte, nous sommes les seules à savoir exactement ce qui convient à nos enfants...car ce sont les nôtres, et nous les connaissons. Savoir entendre, savoir écouter.Ce qui compte en définitive est tout l'amour que nous leur portons, tout se passe bien mieux avec de l'écoute et de l'attention. Plein de courage à toi et à tes filles!:o)

Anonymous said...

You hou ! J'attire votre attention sur ce JEU qui est beaucoup plus qu'une technique de langues.

Fluency Manifesto
We learn more, more quickly, and more deeply, once we redefine true learning as fluency, and play our way to getting there.

http://blog.whereareyourkeys.org/fluency-manifesto/

en passant, il ve y avoir , dans la deuxième semaine d'août, un stage de deux samaines de WAYK à la ferme Valariane.

claude

Carine said...

Quelle bonne idée que la liste !!!

Je sens qu'avec Walid les choses imposées et rigides seront difficiles alors ton avis sur le sujet m'est précieux.
Et moi qui rêverait d'une vie nomade sur les chemins en ce moment, je sens que j'aurai besoin de périodes de unschooling...

Bobo... said...

super ce que tu fais, et de t accommoder au fil du temps, je te trouve aussi tres courageuse dans tout ce que tu fais, toujours un plaisir de faire un tour sur ton blog.... bonne fete a tes filles (un peu en retard!!), sinon bravo pour le savon, j ai toujours pas reussi a en faire, je suis allee voir au rona et compagnie , c est comme si la soude caustique est introuvable !! grrrrrrrrrr , personne connait ca ! c est pas possible !, en tout cas bonne continuation dans vos projets

Catherine said...

Merci, vic, de ton commentaire. Tu as entièrement raison : ce sont les nôtres et le travail de recherche et d'essais et erreurs nous appartient!

Claude, je regarde ce jeu immédiatement!

Carine, oui, un peu de unschooling, c'est bon pour tous, je crois!

Bobo, c'est dur à trouver de la soude. Ici, il y a un endroit à Bromptonville qui en vend vraiment pas chez (Savon Roby). Si tu passes dans le coin!

La Marmotine said...

Quel plaisir que cette liberté!
Gros bisous

Bobo... said...

merci pour l info, disons que c est assez rare pour ne pas dire jamais que je passe dans ce coin !!!, mais je sais que je vais un jour en trouver, je ne desespere pas de faire un jour mes savons,.... en attendant je regarde ceux des autres !!!, bonne continuation a toi... et ta famille...moi je demenage la fin du mois a chambly, j ai vraiment hate.... car etre entre 2 maisons, c est dur et fatiguant !

Catherine said...

On sera dans les boîtes en même temps, Bobo! Bon déménagement à toi!