Tuesday, August 16, 2011

Entre deux chaises... ou deux bancs d'école

C'est un exercice fort intéressant que d'écrire un livre sur l'école-maison (ou plutôt l'éco-éducation...) en même temps que je prépare une autre année d'école à la maison... En fait, c'est déroutant et je me sens vraiment assise entre deux chaises...



Je relis Léandre Bergeron (Comme des invitées de marque) et je ne peux m'empêcher d'acquiescer silencieusement à ses paroles : « J'ai essayé, il y a de cela plusieurs années, quand je tâtonnais encore sur les façons de « faire apprendre », celle notamment de l'école, c'est-à-dire hors contexte. On parachute un sujet d'étude sur l'enfant. Avant qu'il ne pose une première question sur la matière choisie, on lui donne des réponses toutes faites ou encore on essaie de susciter son intérêt. (...) Les filles s'appliquaient sans leur enthousiasme habituel. Elles s'appliquaient pour me faire plaisir. Quelle abomination! Je voyais qu'elles étaient prêtes à endurer beaucoup pour recevoir mon approbation.»

Même si on s'inspire d'une belle pédagogie alternative, on reproduit quand même le modèle scolaire à la maison, l'apprentissage forcé, le gavage d'information. Comme le dit si bien Léandre Bergeron : « Ça nous plaît à nous, les adultes. L'école nous retenait avec ses chaînes invisibles. Nous n'étions pas encore déscolarisés. »

Mais chez certains parents, il y a un malaise. Quelque chose qui nous dit que ce n'est pas en forçant l'enfant à se soumettre à ce cirque que nous cultiverons chez lui le réel désir d'apprendre et encore moins la motivation.

Je suis donc assise là, avec mon beau plan de cours tout élaboré pour l'année qui vient... mais je n'y crois plus. Enfin, pas de cette façon. J'adore la pédagogie Waldorf, mais je ne crois plus à l'apprentissage forcé, imposé par l'adulte. Je ne sais pas encore à quoi ressemblera cette année pour nous... cela reste à voir, mais je sais du moins ce que je ne veux pas.




:: Petit projet d'observation et de dessin avec Mathilde ::

Je sais que je veux voir ce regard fier illuminer le visage de mes filles, celui qui naît à la suite d'un accomplissement personnel, de la poursuite d'une impulsion intrinsèque...


:: Aïsha au sommet du Mont Orford, très fière d'elle! ::

15 comments:

kokotte minute said...

Salut,
nous avons mis sur pied un site réseau pour l'éducation à domicile afin que les familles puissent créer des liens. Nous essayons d'y mettre le plus d'infos possibles pour que l'on retrouve en un seul site tout ce que l'on doit savoir. Ce n'est pas une association, simplement un lieu virtuel (et éventuellement physique) de rencontres entre parents-éducateurs.

Je voulais savoir si tu souhaitais y inscrire ton blog dans notre liste.

http://ecolemaison.ca/index.html page d'accueil

http://ecolemaison.ca/blogues.html page des blogues

Merci et bonne soirée
Katherine

Francesca said...

learning anything in life should be an exciting adventure that, yes, requires some effort but gives enormous satisfaction.

Mu said...

coucou Catherine j'ai hâte de découvrir ton livre ..... Belle journée

Catherine said...

Salut Katherine, je vais aller visiter les blogs inscrits avec grand plaisir! Oui, je serais heureuse d'en faire partie! Au plaisir d'y être en contact!

Et si apprendre... said...
This comment has been removed by the author.
Catherine said...

Oui, c'est sûr Monique!

isabelle said...

Ma pauvre catherine deux messages (très long) que j'essaie deposter sur cet article et je fais à chaque fois une mauvaise manip...
donc je fais très très court...
j'ai mis au point un paln entre la pédagogie waldorf et le unschooling, je pourrai t'en dire plus mais là j'abandonne l'ordi.
pour tes livres, et bien j'ai envi de te dire prends ton temps.
et je t'envoie des milliers de bonnes pensées à toi et à ta famille

et je n'ai plus le courage de me relire...

Carine said...

Je partage totalement tes interrogations, je dois dire qu’elles étaient déjà là quand j’ai pris la décision de m’inspirer de la pédagogie Steiner.
C’est pour ça que, pour la rentrée, au lieu de lire le curriculum de Dona Simmons, je viens de commencer le livre de John Holt qui vient d’être traduit en français (les apprentissages autonomes).
Et je suis forcée de constater aussi tous les progrès qu’a réalisé Walid récemment, en ce qui concerne le langage oral, le fait de raconter...

Nous verrons bien à quoi l’année ressemblera !
Pour l’instant, c’est surtout au sujet de certaines activités manuelles que Walid est réfractaire...

Joanna said...

grands questionnements en effet. Je pense que ton livre que tu écris pourra retracer ces questions afin que le lecteur comprenne que ce n'est pas un chemin tout tracé et simple. C'est sûr que les enfants apprennent bcp bcp bcp de choses sans apprentissage formel (ils peuvent même apprendre à lire sans qu'on le leur enseigne jamais). J'avais lu un livre très intéressant à ce sujet "how children learn at home" http://www.amazon.co.uk/How-Children-Learn-at-Home/dp/0826479995 qui retrace les différentes formes informelles d'apprentissage.
Ecoutes ton coeur et tes filles et selon moi, le grand art c'est l'équilibre. Trouver l'équilibre entre le unschooling et l'école maison afin qu'aussi tes filles ne vivent pas sur une autre planète et puissent s'intégrer facilement à la société une fois qu'elles quitteront le nid, chose qui n'a pas été facile pr les filles de bergeron comme on peut le voir dans l'entrevue de sa fille Deirde dans le documentaire sur lui voir des extraits ici http://parolecitoyenne.org/leandre-bergeron-avec-conviction-sans-espoir-extrait-1
je t'embrasse et j'espère te voir bientôt!
Joanna

Anonymous said...

yééééééééééé catherine, je me réjouis de lire ta réflexion sur la prétention des adultes à croire qu'ils enseignent qqchse aux enfants.. je sort d'une trs belle lecture à ce sujet c'est de John Holt, "les apprentissages autonomes, ou comment les enfants s'instruisent sans enseignement". Je pressens de plus en plus qu'ils ont tout en eux (intrinsquement lié à leur plan de vie) et que nous on est la pour leur mettre le matériel en main au bon moment, et leur indiquer les voies possibles , tout en mettant l'accent sur notre travail intérieur à nous parents..enfin, reflexion à suivre, je t'embrasse
Perrine de France

Penny said...

I'm at similar crossroads Catherine, and have been for *years*. I too, appreciate Mr. Bergeron's words. It is quite a journey, and I'm sure you will navigate it with honesty, grace and joy.

Cheers

Fleur de Paix said...

Cette réflexion entre unschooling et waldorf me touche profondément. Je cherche cet équilibre, j'ai parfois l'impression de l'atteindre et hop je le perds à nouveau !

J'ai hâte de lire ton livre Catherine !

Je me questionne sur la réflexion au sujet des filles de M. Bergeron qui ont eu des défis à s'intégrer à la société... J'ai fréquenté l'école publique et croyez-moi, j'ai eu plusieurs défis à m'intégrer à la société !! Je ne sais toujours pas à quel point je suis vraiment "intégrée" à la "société" !
En regardant le portrait global de la société, plusieurs individus ne sont pas du tout intégrés et ça prend plusieurs facettes.

J'ai parfois l'impression que si l'on choisit un mode de vie différent, un mode d'éducation différent, on a alors un fardeau de preuve qui dépasse la normale...

Est-ce que le résultat compte plus que le chemin ? Pour moi, ce sont les forces qu'on développe en cours de route qui comptent.

Ma fille a un trouble relié à l'autisme. J'ai choisi un chemin non traditionnel pour l'accompagner. Si elle ne va pas bien, alors on dira que notre chemin n'était pas le bon ? Mais qu'en est-il des autistes qui suivent le chemin traditionnel qui ne vont pas bien ? Je crois que la conclusion qu'on tire n'est pas juste.

Il n'y a pas un seul bon chemin. Il n'y a pas une seule bonne pédagogie. En tant que famille qui vit l'éducation à domicile, je tente du mieux que je peux de vivre une expérience qui sera enrichissante et valorisante pour ma fille et moi, une expérience qui nous fait sentir vivante et vibrante !

Catherine said...

Merci à toutes de vos commentaires... Joanna, JF travaille avec un bon ami de L. Bergeron et il connaît bien ses filles. Il dit que le film en trace un mauvais portrait et qu'elles sont très heureuses où elles sont... Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu dis, Fleur de Paix, il n'y a pas de voie parfaite, juste ce qui vit dans le moment présent et le but est d'aider nos enfants à se connaître, à être solide, à s'écouter et à se sentir bien et en confiance dans le monde.

Sandra Rochette said...

connaissez-vous jean pierre lepri? (you tube tapez apprendre c'est naturel)et andré stern?(you tube aussi)

Catherine said...

Oh oui, Sandra, je les connais et les adore!!