Monday, September 13, 2010

Les enfants étoiles et les voleurs de laine

Depuis toujours, le lundi est la journée de lavage chez nous! Dans la pédagogie Waldorf, on préconise la répétition et le rythme et on associe dès le jardin d'enfants une journée à une tâche spécifique. J'ai conservé ce rythme qui est maintenant bien ancré dans notre routine. Chaque matin, avant de commencer l'école, on accomplit une tâche ensemble. Mathilde adore frotter les taches, alors ce matin, elle s'en est donné à cœur joie!



Aujourd'hui, on poursuit le dessin de formes. J'ai introduit deux nouvelles formes, le triangle et le trèfle à 4 feuilles. J'ai commencé par raconté l'histoire des Enfants étoiles, une histoire souvent racontée dans les écoles Waldorf, que je dessinerai à la fin de la semaine au tableau et qui comportera les formes apprises cette semaine. La voici :

L'histoire des enfants étoiles
Père Soleil et Mère Lune avaient plusieurs enfants et ces enfants étaient les étoiles. Père Soleil était sage et gentil et bon. Mère Lune et Père Soleil adoraient leurs enfants. Quand les enfants étoiles étaient assez grands, ils transportaient des lampes jaunes pour éclairer le ciel la nuit avec leur mère la lune pour que les habitants de la terre puissent voir.

Un soir, plusieurs étoiles voulaient jouer au lieu d'aider leur mère à éclairer la terre. Ils avaient travaillé particulièrement fort pendant les longues nuits d'hiver quand les gens et les animaux dormaient.

Une nuit d'hiver, ils ont oublié de briller et sont allés jouer dans le ciel à la place. Ils faisaient semblant de ne pas entendre leur mère qui les appelait en leur demandant de venir l'aider à éclairer le ciel dans la nuit. Les enfants étoiles se cachèrent derrière un gros nuage.

Tout à coup, un vent chaud commença à souffler. Le vent soufflait de fortes rafales. Les arbres craquaient tandis que le vent poussait sur leurs troncs et leurs branches. Le vent en rafales atteint le ciel et trouva la cachette des enfants étoiles derrière le nuage et tout à coup, les pauvres enfants étoiles perdirent l'équilibre. Ils tombèrent loin, très loin, tout en bas sur la terre, soufflés hors du ciel.

Quand ils arrivèrent sur la terre, ils regardèrent le ciel sombre. Peut-être que le ciel était plus noir parce qu'ils n'habitaient plus là-haut. Les enfants étoiles avaient peur, car ils étaient perdus. Ils appelèrent leur père le soleil et leur mère la lune. Ils voulaient revenir dans le ciel. Au matin, Père soleil entendit ses enfants appeler. Il a dit qu'il était désolé : « Quand les étoiles quittent le ciel, mes chers enfants, ils ne peuvent pas revenir. » Il promit à ses enfants qu'il essaierait de trouver une solution.

Les pauvres enfants étoiles étaient si seuls. Ils s'ennuyaient de leur mère la lune et de leur père le soleil. Mère Lune aussi s'ennuyait de ses enfants, mais elle trouva une façon de réconforter tout le monde. Chaque nuit, elle chantait : Je suis une petite étoile, dans le grand firmament, je brille et je scintille comme un gros diamant. Les enfants sur terre devaient entendre sa chanson, parce qu'ils chantaient tous avec elle.

Finalement, le printemps arriva sur la terre. Père Soleil qui était si sage regarda la terre brune du printemps. Il décida de donner un peu de couleur à la terre. Il fit briller sa lumière dorée sur ses enfants étoiles et leur donna des petites lampes de fleurs brillantes pour éclairer la terre. Les enfants étaient heureux de tenir les petites lampes et de répandre du bonheur et de la couleur sur la terre. Nous connaissons aujourd'hui ces fleurs sous le nom de pissenlit.

Père Soleil trouva une façon pour les enfants étoiles de venir visiter leur père et leur mère dans le ciel. Quand les pétales jaunes des pissenlits se fanent, des petits cheveux blancs se forment sur la fleur et ils sont si légers qu'ils s'envolent jusque dans le ciel pour retrouver Mère Lune et Père Soleil quand un vent chaud souffle sur la terre.



Nous sommes allées dehors pour trouver ces formes. C'était plus facile de trouver des triangles!




:: On a triché un peu pour le trèfle à 4 feuilles... ::


:: Puis on a marché nos formes ::


:: Et on a trouvé un nid par terre pendant notre ballade! ::


:: Puis les filles ont dessiné les nouvelles formes dans leur bac à sable ::


:: Et nous sommes rentrées à l'intérieur pour les tracer sur leur tableau. ::

La deuxième leçon du matin était la préparation à la musique. Nous avons chanté plusieurs chansons d'Hélène Besnard (de son livre Entre les notes) et avons fait des jeux de rythme avec les mains et les pieds (court, long, court et long, long, court, court).


:: Après le repos, j'ai lu aux filles l'histoire des voleurs de laine (The Wool Smugglers) que j'ai traduite. Comme il existe tellement plus de livres en anglais, et qu'ils sont souvent beaucoup plus abordables, ou même disponibles sur des sites d'échange de livres, notamment sur Bookmooch, je les traduis et appose ma traduction par-dessus le texte anglais pour avoir un beau livre en français! ::

La voici :

Les voleurs de laine

Il y a de cela très longtemps, quand de grands arbres poussaient à l'endroit où il y a aujourd'hui des villes, des fermiers étaient installés sur les îles qui longent la côte ouest du Canada. Sur une de ces fermes habitait Ida avec son grand frère John et sa petite sœur Martha et leur mère et leur père.

Il y avait toujours beaucoup de travail à faire, et tout le monde participait. Les voisins s'entraidaient aussi. Ils construisaient des granges ensemble et rassemblaient les moutons ensemble. Les voisins les plus près de chez Ida étaient les Springmans.

Un jour, après le déjeuner, la mère d'Ida dit : Les Springmans ont eu leur bébé avant-hier. Ida, pourrais-tu leur apporter une corbeille de pain ce matin? Ils sont sans doute trop occupés pour cuisiner.

Un nouveau bébé! Ida adorait les bébés. Quand Martha était toute petite, Ida était trop petite pour la prendre, mais elle la berçait pour l'endormir dans le berceau de bois. Maintenant, Martha était presque trop grande pour le berceau. « Ida est trop petite pour aller chez les Springmans toute seule, dit John ».

« Elle est la seule qui peut y aller, répliqua sa mère. Ton père a besoin de toi pour l'aider à réparer les clôtures, et je dois rester ici avec Martha. Elle est trop lourde pour que je puisse la porter jusque là-bas. » Parfois, Ida avait l'impression qu'elle était la seule qui ne grandissait pas et qui ne changeait pas.

Cette année, John était assez grand pour aider au déplacement des moutons. Maintenant que c'était presque l'été, c'était presque le temps pour ça. Les hommes et les plus grands garçons se mettraient en ligne de chaque côté de la vallée et se mettraient à crier et à faire du bruit tous ensemble. Ils se déplaceraient ensemble, en entraînant les moutons devant eux jusque dans le grand parc où les animaux seraient tondus.

Quelques-unes des plus grandes et plus fortes jeunes filles auraient le droit d'aider au déplacement des moutons, mais la plupart des filles et des femmes préparaient le pique-nique et le mettaient dans des bateaux, puis ramaient par delà la pointe, jusqu'au parc. Quand les moutons étaient tous rassemblés, les familles mangeaient ensemble, en faisant des blagues et en chantant. D'habitude, quelqu'un jouait du violon et on dansait. C'était toujours un beau pique-nique!

John était chanceux, pensa Ida. Elle aurait aimé aider au déplacement des moutons. Mais chaque fois qu'elle demandait, son père souriait en disant : « Quand tu seras assez grande, ma fille. Quand tu seras assez grande. »
« Ida, pourrais-tu apporter le pain maintenant? », demanda maman à nouveau.

« C'est trop dangereux qu'elle y aille toute seule, dit John. Des moutons se sont fait voler ces deux dernières semaines et les voleurs seront dans les bois à la recherche de moutons égarés. » Ida savait qu'il y avait des voleurs de laine. Parfois, ils habitaient dans de petites cabanes dans la forêt. Ils venaient du continent en bateau avec des avirons rembourrés pour que personne ne les entende aller et venir. Ils volaient des moutons, les tondaient et amenaient la laine sur le continent pour la vendre. Une fois tondus, les moutons erraient sur l'île. Parfois, un mouton devenait le souper d'un voleur... ou d'un cougar.

« Ida sera en sécurité si elle suit le sentier dans le pré et si elle ne va pas dans la forêt, dit maman. Les Springmans auront besoin de pain, Ida! » La voix de maman était sévère, mais avec une pointe de sourire dedans. « Est-ce que tu rêves, ma fille? Tu as entendu ce que j'ai dit au sujet du bébé des Sprinmans et du pain à leur apporter? »

« J'aimerais leur apporter du pain, dit Ida. Je vais marcher dans le pré et j'irai voir Tandy et ses agneaux. » Tandy était la brebis préférée d'Ida, et cette année elle avait eu de beaux agneaux jumeaux.

Puis, Ida pensa à quelque chose. « Est-ce que Mme Springmans me laissera prendre le bébé? »

« Non, probablement pas, répondit sa mère. Le bébé des Springmans est trop petit pour que les petits enfants le prennent. Mais je suis certaine que tu pourras le voir. »

Ida était déçue. Mais peut-être que sa mère avait raison. Peut-être qu'Ida était trop petite pour prendre un nouveau-né.

« Voilà, dit sa mère. Sois prudente et reste au milieu du pré en t'en allant. Si tu entends siffler dans la forêt, c'est peut-être les voleurs. C'est comme ça qu'ils se font des signes. Si tu entends un sifflement, cours directement ici ou chez les Springmans pour avoir de l'aide. »

« C'est ce que je ferai, dit Ida, et elle prit le panier et partit. »

Ida marcha à travers le prés. Quand elle avait fait plus de la moitié du chemin qui la séparait de chez les Springmans, elle rencontra Tandy et ses agneaux qui broutaient. La plupart des moutons étaient trop sauvages et trop gênés pour se laisser caresser quand Ida approchait d'eux, mais Tandy était spéciale. Elle laissait Ida venir tout près d'elle.

Ida lui gratta la tête doucement. « Ça pique toute cette laine, dit-elle. Bientôt, ce sera le temps du déplacement et tu auras une belle coupe de cheveux et tu pourras mieux sentir le soleil et le vent. »

Les jumeaux de Tandy regardaient Ida. Ils s'approchaient tranquillement, jusqu'à ce qu'Ida puisse lever sa main lentement et caresser doucement leur nouvelle toison si douce.

« Je dois y aller maintenant, je dois apporter ce pain aux Springmans, dit Ida à Tandy et aux agneaux. Je vous reverrai plus tard à mon retour. »

Elle venait tout juste de reprendre sa route quand elle entendit un sifflement qui provenait de la forêt d'un côté du pré. Elle s'immobilisa et écouta. Peut-être que c'était un oiseau.

Un autre sifflement se fit entendre de l'autre côté du pré. Non. Ce n'était pas un oiseau. Puis, il y eut deux sifflements courts provenant des boisés avoisinants et une réponse de l'autre côté.

Les voleurs! Ils doivent vouloir attraper Tandy et les jumeaux. Ida devait les sauver, elle devait le faire. Mais que pouvait-elle faire? Maman a dit de courir aller chercher de l'aide si elle entendait des sifflements. Mais si elle faisait cela, les voleurs prendraient sûrement les moutons. Oh, si seulement elle pouvait prendre Tandy et ses agneaux avec elle.

Elle entendit un autre sifflement qui venait de l'autre côté du pré. Puis, un autre sifflement en réponse à celui-ci.

Ida avait une idée. Elle déplacerait elle-même les moutons. Sans faire de bruit, elle marcha derrière Tandy. Maintenant, quel bruit devait-elle faire? Elle ne voulait pas faire peur à Tandy et qu'elle se sauve dans les bois. Elle voulait seulement la faire avancer.

Ida pensa. Quand on veut faire avancer les poules, on dit : Shou! Quand on veut faire avancer les chats, on dit : Scat! Quand on veut appeler les cochons, on dit : Sou-i! Peut-être que si elle disait les trois ensemble, ça fonctionnerait pour les moutons.

Ida l'essaya.

« Sou-i! Shou! Scat! »

Et elle tappa dans ses mains, clap, clap, clap.

« Sou-i! Shou! Scat » Clap, clap, clap!

Et comme elle le souhaitait, Tandy leva la tête et s'avança devant Ida. Après quelques pas, elle s'arrêta. Ida recommença.

« Sou-i! Shou! Scat » Clap, clap, clap!

Et Tandy avança encore. Ses agneaux la suivaient. Ça fonctionnait. Ida marchait derrière Tandy et ses agneaux, en les faisant avancer quelques pas à la fois dans le pré.

Parfois, Tandy s'en allait d'un côté. Ida allait derrière elle et la ramenait sur le bon chemin. C'était beaucoup de travail. Ida était fatiguée. Et elle s'inquiétait des voleurs. La suivraient-ils? Sortiraient-ils de la forêt pour attraper Tandy et ses agneaux et ensuite s'enfuir? C'était mieux de ne pas y penser.

« Sou-i! Shou! Scat » Clap, clap, clap!

Pas à pas, Ida guidait Tandy et ses agneaux dans le pré jusqu'à la maison des Springmans.

Elle raconta aux Springmans qu'elle avait entendu des sifflements dans la forêt.
« Tu es une petite fille brave et intelligente, dit Madame Springmans. Je n'en connais pas beaucoup de ton âge et de ta grandeur qui pourraient déplacer des moutons toute seule. L'an prochain, au déplacement des moutons, tu iras aider les grands, j'en suis certaine. »

Monsieur Springmans attela le cheval à la carriole pour aller reconduire Ida, Tandy et ses agneaux chez eux. Puis, le père d'Ida et lui s'assureraient que les voleurs étaient partis.

« Mais d'abord, dit Madame Springmans, je pense que tu dois avoir faim. Déplacer des moutons est très exigeant et puis nous avons tout ce bon pain grâce à toi maintenant. Tu as faim, Ida? Aimerais-tu manger quelque chose? »
Tout à coup, Ida se sentit affamée.

« Oui, s.v.p., dit-elle, si vous en avez assez. »

« Ça, c'est certain, répondit Madame Springmans. Je vais couper ce délicieux pain frais et nous en mangerons avec du beurre et de la tisane aux mûres. Mais je ne peux pas préparer un pique-nique et bercer un bébé en même temps. Ida, penses-tu que tu pourrais prendre le bébé pour moi? »

« Oui, dit Ida. Je pense que je suis assez grande maintenant. »

Et elle l'était.


:: J'ai sorti les toisons de moutons que je gardais précieusement pour cette occasion. C'est la première étape de plusieurs qui nous mènera vers le tricot. Nous avons suivi les étapes suggérées par Kathy ici. ::


:: Nous avons d'abord enlevé les bouts de foin et les saletés prises dans la laine. Demain, nous la carderons. ::


:: Sans oublier de rigoler un brin! ::


:: Mara et Aïsha ont fait de petits bateaux à partir de glands que nous avons récoltés hier et qu'elles ont ouverts elles-mêmes. ::


:: Mara s'est amusée à faire des bagues en laine ::


:: Ma petite fée couturière a passé une bonne demi-heure à coudre son chapeau de lutin toute seule (je n'ai pas fait un seul point - à part le point d'arrêt!). Elle m'épatera toujours celle-là! ::




:: Elle l'a même orné de petites billes décoratives ::


:: Mara a aidé papa à ranger les pommes de terre dans les cageots pour l'hiver ::


:: Pain aux bananes de ma grand-mère et pizzas au pesto et crevettes pour souper, avec une salade du jardin. ::

Pain aux bananes de ma grand-mère

1/4 t. de beurre mou
3/4 t. de sucre de canne
1 oeuf

Défaire en crème et ajouter :
3 bananes écrasées

Ajouter dans :
2 t. de farine blanche non blanchie
1 c. à thé de soda
1 c. à thé de poudre à lever
1 pincée de sel

Cuire dans un moule à pain beurré et enfariné à 350 environ 1 h.

11 comments:

StrawberryCreek said...

I love that story - thank you for posting your translation.

rinepé said...

un grand merci pour ton blog, je l'attends chaque jour avec impatience, il me comble et me nourrit beaucoup. Perrine

maman d'hiver said...

Merci pour toutes ses histoires! Ma bibliothèque se fournie...
On a la même astuce pour avoir de joli livres en francais, sauf qu'ici seul le papa peu traduire. Dès qu'il a fini, je te les fais parvenir!

Bending Birches said...

beauty loves here!!!!! love it!

Catherine said...

I am glad you are enjoying the translation, Strawberry creek. There is not much in French out there so I do my best to share what I have!

Perrine, merci de ton commentaire. Je suis contente de savoir que le temps que je passe à créer se blogue rapporte aux autres.

Maman d'hiver, c'est très gentil de m'envoyer tes traductions!

Bending Birches, thanks for following us even in French!

Anonymous said...

merci Catherine pour le conte en français des enfants étoiles. Je le lirai dès demain aux enfants pour nos dessins de forme, justement demain nous commençons les étoiles.
je ne saurai te remercier suffisamment pour le temps que tu prends sur ton blog en pensant à nous autres.

isabelle, france

Anonymous said...

c'est fantastique de lire tous les jours ce que tu fait avec tes filles! quel age ont-elles? je ne sais rien de l'école à la maison... merci!

Anonymous said...

...anonyme c'était moi: Lucia! ;-)

Catherine said...

Isabelle, tu me diras si tes enfants ont aimé!

Lucia, les jumelles ont 6 1/2 ans et Mathilde aura 5 ans dans un mois! N'hésite pas si tu as des questions sur l'école à la maison!

mmm said...

Bonjour Catherine , j'adore ton blog: quelle énergie ! Où trouves-tu les matériaux pour toutes vos activités ? J'aimerais faire ne serait-ce que la moitié de vos activités ... Mais je trouve ça dur avec 5 enfants... dont un bébé!

Catherine said...

MMM, ne t'en demande pas trop : 5 enfants, dont un bébé, c'est beaucoup de travail (du beau travail, soit! Mais du travail quand même!). Je dors la nuit et mon conjoint est à la maison : elle vient de là mon énergie!
Je trouve beaucoup de nos matériaux chez Mandragore, une boutique Waldorf ou encore dans des boutiques de seconde main (chandails de laine à feutrer). N'hésite pas si tu as des questions spécifiques.